La Chauve-Souris Avignon 2015

 

"La ravissante Gabrielle Philiponet – dont nous avons déjà beaucoup apprécié, cette année, le timbre chaleureux et la virtuosité, comme dans Le Marchand de Venise à Saint-Etienne, Les Contes d'Hoffmann à Toulon ou encore Barbe-Bleue au Grand-Théâtre d'Angers – est une charmante Caroline, drôle et mutine, avec force regards et moues appuyées, qui s'attire vite la complicité des spectateurs..."

Emmanuel Andrieu pour opera-online.com

 

"La Caroline de Gabrielle Philiponet ne ménage pas les effets de mélodrame, ni l’exotisme de la csárdás de la princesse hongroise – seul morceau demeuré en allemand, enrobé pour l’occasion d’une prononciation allophone. On retiendra le matériau plus que prometteur de la soprano albigeoise, que l’on attend dans des compositions où le lyrisme prendra le pas sur les stéréotypes des planches..."

Gilles Charlassier pour ConcertoNet.com
 
 

La Traviata New Orleans Opera, USA 2015

 

"The principal singers are almost always vocally reliable and, on occasion, considerably more than that. French soprano Gabrielle Philiponet's Violetta, whose defining personality evolves radically from salon to country house to deathbed, is a success if not quite an unalloyed triumph. Philiponet appreciates the idiomatic Italianate style – she can spin out a lush, evenly supported legato, and her points of expressive emphasis, regardless of dynamic, are intuitively truthful. In the totality of her interpretation, and her ability to maintain poise and shading amid the taxing final 15 minutes, Philiponet was an affecting, authentic Violetta..."
Andrew Adler pour nola.com

 

"The NOAA production stars French soprano Gabrielle Philiponet as Violetta Valery. Philliponet is a bit of a Violetta virtuoso, playing the role in numerous productions worldwide. It shows. The soprano nailed her notes is some of the form’s most recognizable arias..."

Claude Robichaux pour noladefender.com

 

 

Le Marchand de Venise Opéra de Saint-Etienne 2015

 

"Le trio féminin est charmant. Gabrielle Philiponet est une Portia fine mouche, au chant brillant..." 

Michel Parouty pour Opéra Magazine 

 

"Gabrielle Philiponet imprime à Portia un caractère indeniable avec un timbre qu'elle sait volontier musquer de sensualité, tandis que son travestissement au troisième acte se révèle aussi mutin que reussi..." 

Gilles Charlassier pour ConcertoNet.com

 

"L’autre pilier de la distribution est la Portia de Gabrielle Philiponet, qu’on est heureux de voir tenir un rôle de premier plan, conforme à l’évolution de sa voix vers des emplois plus exigeant. L’actrice est parfaitement à l’aise, jusque dans le travesti du procès, et les couleurs de son soprano se situent idéalement entre celles de ses partenaires..."
Laurent Bury pour Forumopera.com
 
"Le bonheur n’est pas moindre du côté des dames : Gabrielle Philiponet se taille un beau succès à l’applaudimètre et ce n’est que justice : sa Portia enchante tant par la qualité du timbre que le chic et la justesse de l’interprétation..."
Alain Cochard pour concertclassic.com

 

"Les frous-frous beaucoup plus étoffés de Portia (pour qui brûle Bassanio) valent de la part du soprano Gabrielle Philiponet une belle montée en puissance, de plus en harmonie avec les vers de Zamacoïs – on songe au duo avec Bassanio porté par les violons et les cors « La félicité après les alarmes semble plus douce au cœur inquiet » –, tout en offrant, angélique, les beaux airs attendus de la mélancolie, puis de l’ode à l’amour (« qui parfume l’aveu, adoucit les reproches »… « suscite le pardon, apaise le conflit »… où le chant bien cadencé, sur une mélodie douce comme une brise, nous transporte !)..."
François Cavallès pour anaclase.com

 

"Par la rondeur soyeuse de ses aigus, Gabrielle Philiponet dessine une Portia radieuse, courtisée par le fringant Bassanio..."

Paul-André Demierre pour crescendo-magazine.be

 

"Nous avouerons ensuite avoir été particulièrement séduit – après sa Fleurette à Angers en janvier et son Antonia à Toulon en mars - par la Portia de Gabrielle Philiponet, dont le jeu sensible et pudique, intimiste, et dont la voix, très joliment timbrée, lumineuse et fluide, au style impeccable, à l'engagement franc, conviennent ici à merveille..."

Emmanuel Andrieux pour Opera-online.com

 

 

Les Contes d'Hoffmann Opéra de Toulon 2015

 

"...Même satisfaction, augmentée de la séduction passionnée et mélancolique du personnage d’Antonia que l’extrêmement musicale Gabrielle Philiponet (également Stella) communique à ravir..." 

Maurice Salles pour Forumopera.com

 

"...et, surtout, frémissante, palpitante Antonia de Gabrielle Philiponet..."

Olivier Rouvière pour concertclassic.com

 

"...De son côté, la délicieuse soprano française Gabrielle Philiponet se révèle – avec son timbre chaud et sa musicalité parfaite – une superbe Antonia..." 

Emmanuel Andrieu pour Opera-online.com

 

"...Très applaudie aussi dimanche après-midi, Gabrielle Philiponet campe une Antonia émouvante. La soprano avait déjà chanté à Toulon Despina dans Cosi fan tutte et plus récemment Gabrielle dans la Vie parisienne. Elle confirme sa maîtrise vocale..."

Jacqueline Cnobloch pour Var Matin

 

"...Gabrielle Philiponet (Antonia et Stella) séduit bien sûr d’emblée avec son air séduisant de la tourterelle enfuie comme une vie qui s’en va à tire d’aile : elle a une grâce mélancolique et un vibrato fiévreux qui sied au personnage..."

Benito Pelegrin pour Classiquenews.com

 

 

Traviata Vendespace 2015

 

"...La prestation de Gabrielle Philiponet, une Violetta à la fois élégiaque et ardente, généreuse, romantique jusqu'à son dernier souffle. La soprano se meut avec la même aisance avec les écueils de la partition. Elle nous fait découvrir mille et une nuances de couleurs, de phrasé. Sa voix d'une fragilité de porceleine est agile, légère sans être volatile. 

Et puis, il y a eu cet instant magique. Cette scène entre Marc Scoffoni (le père d'Alfred) et Gabrielle Philiponet. Un de ces instants privilégiés où le temps est suspendu. Deux voix phénoménales qui s'entremèlent jusqu'à la symbiose..."

Joël Bigorgne pour Ouest France

Actualité

Musetta, La Bohème de PUCCINI 

Opéra de Metz

29 septembre, 1er et 3 octobre

Carmen au Festival d'Aix en Provence en replay 

Sur 

Arte TV